Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
30 juillet 2012 1 30 /07 /juillet /2012 19:49

La communauté "Ami-mot" a proposé ce défi sur les mots père, perd ,pair,mer, maire,mère,vert, vers, verre.

Mon texte s'est trouvé "écran restant"! C'est la raison de mon retard de publication...

 

 

4208866954_98fede490b.jpg

Photo de akunamatata sur Flickr

 

 

C'est décidé.

Je vais donner un grand dîner

en l'honneur de mes père et mère.

Il se tiendra au bord de la mer 

qui va de pair

avec été-sérénité

 


 

Ainsi un soir d'été

vers la fin du jour

nous levons nos verres

en présence du maire

(ami de la famille !)

tout habillé de vert

et qui ma foi se perd 

en circonvolutions

en lieu et place de vers.

 

 

1454701503_2c172132e7.jpg

 

Ce fut une belle soirée

où le bleu-vert de l'océan

fut aussi grisant

que le bleu-vert du curaçao

Fin de ma courte épître

pour ami-mot écrite

 

Denise Doderisse

Partager cet article
Repost0
25 juillet 2012 3 25 /07 /juillet /2012 19:08

SUR DEUX RIMES

 

 

 

J’ai tout entendu

Tout c’que j’ai voulu

Idées farfelues

Que j’ai décousues

Discours m’as-tu-vu

Vrais tohu-bohus

Discussions indues

Que j’ai pourfendues

Or j’n’ai rien voulu

 

Et j’n’ai rien compris

Moi toute ébahie

J’ai fort tressailli

Quand ils ont senti

Que tout compromis

Ou tout vil lazzi

Pour le moins haï

Ne serait permis

 

Ils m’ont cru perdue

Prise au dépourvu

Devant l’imprévu

De leur point de vue

Une obtuse imbue

De l’enfer venue

 

Mais je n’ai rien dit

J’ai beaucoup appris

Dans la sombre nuit

J’ai désobéi

Je me suis choisie

 

Toute honte bue

Perdue pour perdue

Sans sous-entendu

J’les ai confondus

 

 

 

Denise Doderisse

Partager cet article
Repost0
15 juillet 2012 7 15 /07 /juillet /2012 09:30

 

 

129-copie.jpg 

Technique mixte (collage-acrylique)

 

Photo de Candie_N sur Flickr

5390293909_26281ea6af.jpg 

Je colibri foufou je colibri

Et mon âme vibrionne

5390293909_26281ea6af.jpg

d'hibiscus en rose de porcelaine

Mes pensées se précipitent

s'affolent et n'osent savourer les fleurs

qui viennent à sa rencontre

 

 

 Photo de Denise Doderisse 

GWADA 03-02-2010 116

 

 

 

GWADA 03-02-2010 116

 

 

 

 

 

Photos de Denise Doderisse

   FREGATE

 

 

Fregates.jpgFregates.jpg

 

 

Je frégate parfois

Et sereine je plane

sans un frémissement

dans un ciel lumineux

Les ailes de mon cœur

suivent les lignes souples

de la voie lactée 

 

 

 

 

Le paysage a disparu du monde

Un voile de cristal le recouvre

 Soudain la terre me rattrape

Je tombe dans la boue saumâtre

des jours sans fin du quotidien

 

 

 

Denise Doderisse

 

 Photo de David Jager sur Flickr

 

4540571866_4326a83fa1.jpg

 

 

Partager cet article
Repost0
12 juillet 2012 4 12 /07 /juillet /2012 11:00

Puisque c'est un moment propice pour les papillons, ce billet ( en vers blancs * extraits de poèmes de Francis Ponge) fait appel à eux.    

 

 

4378943381_9900123cf5.jpgPhoto par robertlafond2009 sur Flickr

 

 

DE LA PATIENCE

 

 

 

Le papillon erratique ne se pose plus

Mais laisse dans mon esprit et sur ce papier

Une flaque froide d'où s'élève aussitôt

Quelque chose comme la couleur dans le tube.

 

 

L'on demeure au reste sans paroles pour avouer

A la fin d'une trop courte étude menée,

Ces retours de la joie, ces rafraîchissements.

Mais ceci est un terme ou une perfection.

 

 

C'est un produit de la patience humaine, patience…

Elle m'échappe, échappe à toute définition

Mais laisse sur le papier des traces, des taches

D'où les papillons tout à coup prennent leur vol.

 

 

 Denise Doderisse

 

 

Le vers rimé



Le vers rimé est celui le plus utilisé à l'heure actuelle. Les vers doivent rimer entre eux (c'est pourquoi les vers rimés vont toujours au moins deux par deux) mais il n'y a pas de contrainte de syllabes ou de rythme particulière.


*Le vers blanc



Le vers blanc est l'inverse du vers rimé. Il ne contient pas de rime et peut donc être utilisé seul ou en nombre impair. En revanche il est assujetti à des contraintes rythmiques et syllabiques : le nombre de syllabes est fixé d'avance et doit être respecté. Par exemple, si l'auteur se fixe un nombre de syllabes égal à 5, il ne doit pas en écrire une de plus ni une de moins.
Pour compter le nombre de syllabes, on dénombre les voyelles qui se prononcent. Mais attention, le e muet suit une règle spéciale : devant une voyelle, il ne se prononce pas, devant une consonne, il se prononce.
Le vers blanc est peu utilisé en littérature française. On en use surtout pour traduire la poésie étrangère (exemple : la traduction de l'Iliade par Frédéric Mugler en vers blancs de quatorze pieds).

Partager cet article
Repost0
14 juin 2012 4 14 /06 /juin /2012 07:00

 

Pour le Jeudi poésie des Croqueurs de mots sur le thème "Changer d'air"

 

 

Respirer l'air étrange et doux

de ce pays merveilleux

aux parfums si enivrants

que le temps se passe à humer

 

Changer d'air Un conte de fées

pour âmes de grands enfants

Vierges de toutes blessures

Innocence et joie préservées

 

Aucun prétexte humain ne compte

hors ces senteurs de douceur

J'y sens la fin du voyage

l'aboutissement tant rêvé

 

Denise Doderisse

Pour le Jeudi poésie des Croqueurs de mots sur le thème "Changer d'air"

Partager cet article
Repost0
7 juin 2012 4 07 /06 /juin /2012 06:00

Ma participation au "Jeudi-poésie" des Croqueurs de Mots sur le thème de l'orage. 

 

5880610034_6bec6f6209.jpgPhoto de Youenn Thomas sur Flickr

 

 

ORAGE

 

 

Coup de vent brutal et soudain

Grandes ailes noires

Déclaration blasphématoire

Bavardages mondains

 

Plainte hurlante des feuillages

Sous les coups de butoir

du vent - morgue déclamatoire

lancée à l'abordage

 

 

Et soudain silence d'airain

Ciel noir Poignard de feu

Longs cordages de pluie noueux

Grondements sourds et vains


Ciel poignardé Voiles déchirés

Nuages fous en fuite

La nature se croit jésuite

L'homme est son immolé

 

 

 

Denise Doderisse

Partager cet article
Repost0
22 mai 2012 2 22 /05 /mai /2012 18:01

JE N'AI PAS PERDU MON TEMPS…

 

 

 

Je n'ai pas perdu mon temps :

J'ai dormi tout en rêvant,

J'ai avancé droit devant,

Sans souci des incidents.

 

J'ai foncé comme un bélier,

A la tête cuirassée,

Enfonçant toutes les portes

fermées que la vie apporte.

 

Et puis des vagabondages,

Découverte de visages,

De vies, coutumes nouvelles,

Fusant telles étincelles. 

 

J'ai déposé ma confiance

sur l'âme de connivence.

Grand en fut le bénéfice

De ces amitiés complices.

 

J'ai aussi donné crédit

A des humains ahuris

Qui ont entaillé mon cœur

et l'ont blessé sans pudeur !

 

Je n'ai pas perdu mon temps

ou du moins je le prétends !

Affirmation dérisoire,

vaine : qui peut le savoir ?

 


 

Denise Doderisse

 

Partager cet article
Repost0
19 mai 2012 6 19 /05 /mai /2012 11:13

Lorsque le Volcan de Montserrat - à 80 km. de la Guadeloupe - s'est réveillé, en février 2010, s'est formé sur la Guadeloupe vers 18h., un nuage de cendres qui a obscurci totalement le ciel.

Le lendemain au réveil, toute l'île était grise.

Je poste ce poème car, pour moi, en seconde lecture, il se trouve être métaphorique.  

 

 

 

Nuage de cendres


C'était comme un jour sans soleil

Quand pluie et grêle flaquent

les chemins et les gadouent.

 

Horizon voilé de noir

Disparus le bleu de la sérénité

Le rouge des flamboyances

Le vert de tous les espoirs

Le jaune de la chaleur

Et le rose de la douceur

Disparues les couleurs de la vie

 

C'était comme un jour sans soleil

quand pluie et grêle brument

le paysage et le grisent

 

 

Denise Doderisse

 

Partager cet article
Repost0
14 mai 2012 1 14 /05 /mai /2012 09:02

 

 

 

 5078265163_3804305db0.jpg

Photo sur Flickr

 

 

J'aurais tant voulu tenir ta main

Vers ce pays où tu t'exilas

Sur les longs chemins d'éternité

Là une mystérieuse clarté

Jaillie de silencieuses étoiles

Eclaire un paysage de fleurs

Généreuses aux vivaces abeilles

Les hirondelles y dansent sans cesse

Effleurant l'eau vive des étangs

En un ballet d'une infinie grâce

 

J'aurais tant voulu tenir ta main

Vers ce pays où tu t'exilas

Pour y vivre aimer passionnément

Dormir paisiblement près de toi

Tu m'as abandonné au pays

Glauque et glacé des tourments terrestres

Que fuient les sensibles hirondelles

Que désertent abeilles et tendres fleurs

Tu es parti seul vers des merveilles

Ignorées des sinistres humains  

 

Denise Doderisse 

 

Partager cet article
Repost0
30 avril 2012 1 30 /04 /avril /2012 14:55

Par un triste jour de printemps...

 

Un jour, reviendras-tu ?

Tu es parti 

un geste joyeux de la main

un sourire empli de promesses

 

Un jour, reviendras-tu ?glycines

Grappes éclatantes

roses et blanches des glycines

Tant d'invitations au retour

 

Un jour, reviendras-tu ?cyprès

Cyprès gardien

si convoité par l'empyrée

Assurance de ton retour

 

 

Pourtant tu tardes trop

et le cyprès

se languit de toi

et les glycines

essaiment leurs pleurs

 

Pourtant tu tardes trop

le soleil

se boule dans la ouate

Et le ciel

tisse des fils de larmes  

 

Mais une nuit tu es venu

Sourire espiègle

au coin des yeux

Une nuit tu es revenu

 

 

 

      grappe de glycinegrappe de glycine

 

Denise Doderisse

Partager cet article
Repost0

  • Denise Doderisse
  • Un blog qui présente certaines de mes créations ...selon l'humeur du jour et qui se réjouit d'entrer en relation ( et échange ) avec les blogs  portant le même intérêt à toutes formes d'art...
  • Un blog qui présente certaines de mes créations ...selon l'humeur du jour et qui se réjouit d'entrer en relation ( et échange ) avec les blogs portant le même intérêt à toutes formes d'art...

Recherche

Pages