Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
30 avril 2020 4 30 /04 /avril /2020 08:00

 

corolles en coupes

pour l'ambroisie de l'Olympe

magnolia nacré

 

Denise Doderisse

 

Partager cet article
Repost0
27 avril 2020 1 27 /04 /avril /2020 08:00

 

Chez moi, dit le petit chat

J'ai pour gentil compagnon

une espèce de gros rat

qui fleure le saucisson.

 

Chez moi, dit le petit chien

J'ai pour bonne compagnie

un joyeux ange-gardien

tout barbouillé de cambouis

 

Chez moi, dit le petit chat

Mon plat est de porcelaine

Souvent rempli de gouda

comme à la fête foraine.

 

Chez moi, dit le petit chien

Mon écuelle est de vermeil.

Elle vient des Babyloniens

dérangés dans leur sommeil.

 

Chez moi, dit le petit chat

Trotte une vraie souris bleue.

Elle porte un sarrau de drap

quand elle peint un scrofuleux.

 

Chez moi, dit le petit chien

Se promène tard le soir

un squelette hugolien

qui vient toujours dire bonsoir.

 

Chez moi, dit le petit chat

Il y a une fillette

qui agite fort ses bras

tel Vishnou quand il tempête.

 

Vishnou ! dit le petit chien

Tu te crois chez les Hindous !

Change vite de maintien

ou tu finis chez les fous !

 

C'est un jugement de chien !

rétorque le petit chat.

Bavardages de vaurien.

Restons comme chien et chat !

 

 

Denise Doderisse

 

 

 

 

 

 

 

 

Partager cet article
Repost0
26 avril 2020 7 26 /04 /avril /2020 08:00
 

 

Le mot "mariage" peut faire peur mais une signature "au bas du parchemin" peut-elle changer de profonds sentiments ? Au contraire de G.Brassens (La Non-Demande en Mariage), ma réponse est non.

Voici le texte dit au cours d'une cérémonie de mariage civil pour des amis qui ont passé 23 années de leur vie en compagnonnage. La "cérémonie" - suivie de sa complice, la signature - n'a en rien changé leurs sentiments respectifs mais a, sans conteste, laissé de très joyeux souvenirs à tous les participants.

 

Après tant d'années passées hors-la-loi

Pourquoi vouloir se fondre dans la loi ?

Après tant d'années à dire non non

Pourquoi dire oui oui à LA question ?

 

Napoléon vous aurait-il soufflé

Les mots qu'il avait déjà prononcés

A propos des gens que l'on dit de rien

Et qui veulent devenir gens de bien ?

 

" Les concubins se passent de la loi …"

Ah ! Ce bon début vous laissait narquois.

Mais tandis que le temps vite filait,

que les enfants au fil des jours croissaient,

 

Vous fûtes saisis, ô combien surpris,

d'avoir omis la deuxième partie :

" La loi se passe d'eux ". Alors perplexes,

Vous crûtes être des extra-terrestres.

 

Comment ? La Loi ne nous reconnaît pas !

C'est tout comme si nous n'existions pas !

Loi scélérate ! Elle sait nous trouver,

Et ne pas négliger de nous taxer !

 

Oui ! Dans nos meubles meublants et nos biens,

dur de trouver à qui çà appartient !

Certes ! Nous avons dédaigné la tontine,

oublié qui achetait les sardines !

 

Maintenant on s'aperçoit que l'Etat

va s'emparer - on s'en mordrait les doigts -

de nos achats - c'est résumé bien sûr -

Néanmoins, quelle grossière imposture !

 

Fort heureusement, on vous a aidés

à trouver la solution : vous marier !

Bref, la vie légale peut commencer

car notre ami Bruno va officier…

 

 

Denise Doderisse                

 

*tontine : (droit) Association de personnes qui mettent leur capital en commun pour jouir  d'une rente viagère; cette rente elle-même (reportée, à chaque décès, sur l'ensemble des survivants)- Le Petit ROBERT -

 

 

 

 

 

Partager cet article
Repost0
21 avril 2020 2 21 /04 /avril /2020 08:00

 

Quand l'envol s'autorise

ailes du rêve déployées

Mon être cristallise

autour de cet oiseau léger

d'azur comme le ciel

par une aube claire d'été

Son œil couleur de miel

reflète un écho étoilé

Son aile compagne du vent

s'irise de doux songes

s'égaillant dans l'espace-temps

 

 

 

L'oiseau du voyage m'entraîne

comme plume accrochée

Et ma mémoire court avec peine

derrière ses souvenirs

Comme le rouge chrysanthème

poursuit lors d'un soupir

les pétales follement bohêmes

de sa crinière léonine

 

 

 

Alors une vie clandestine

se faufile et s'obstine…

 

 

Denise Doderisse

 

 

 

Partager cet article
Repost0
17 avril 2020 5 17 /04 /avril /2020 17:40
L'corbac et l'r'nard

 

Quéqu'fout là l'corbac dans c't arbre - Quéqu'la dans l'bec - ça s'rait-y pas un calendos ! V'la l' r'nard…C'est qu'l coulant y sent pas qu'un peu !

 

V'la l' r'nard qui jaspine au cor'bac : que j'te cause d'ton croa et que j'te cause d'tes plumes ! y ment pas qu'i dit l'r'nard ! Sans blague ! Et que j't'en rajoute : c'est l'plus beau…c'est l'quoi ? l'phénix des bois ! Y va pas l'croire ! Mais si c't'andouille :c'est qu'i va répondre – ça craint ! l'a rien pigé ! plaf ! l'calendos i'tombe !

 

L'r'nard i' pique vit'fait l'coulant baraqué ! ben pir' : i'li' fait la l'sson…C's'pas faux c'qui dit : que si on t'flatte, c'est qu'on va t'piquer quèque chose !

 

Pov' corbac - l'est tout con ! S'en r'met pas ! j'crains qu'i' s'fasse pas avoir une aut'fois !

 

 

La Fontaine revisité !

 

Denise Doderisse

Partager cet article
Repost0
15 avril 2020 3 15 /04 /avril /2020 19:39

 

Si léger peigneur de comètes

De ton démêloir facétieux

Il serait bien que tu projettes

Des bouquets d'éclats merveilleux

 

 

Que soudain sur notre planète

Jaillissent des étoiles de feux

Il serait bien que tu projettes

Des bouquets d'éclats merveilleux

 

 

Et ces fleurs des cieux si coquettes

Surpasseraient notre astre envieux.

Baisers flambants en amulettes

qui veilleraient sur les soucieux.

Si léger peintre de comètes

 

 

 

 

Denise Doderisse

 

Partager cet article
Repost0
11 avril 2020 6 11 /04 /avril /2020 08:00

 

Un bœuf se lamentait

d'être si peu discret.

De loin on le remarquait,

au profond d'un coin secret.

Et le pauvre bœuf pleurait

de se voir aussi grassouillet.

Ses bourrelets lui ôtaient,

de la vie, tout intérêt.

La grenouille, dans l'herbe cachée,

se surprit à s'interroger.

Elle qui voulait lui ressembler

Ne s'était-elle pas trompée ?

- Ma sœur, puis-je me louer de ma minceur ?

- Certes, vous avez taille fine

et c'est un vrai bonheur

de voir vos bonds gracieux : vous êtes divine.

- Selon Monsieur de La Fontaine,

qui me dit ambitieuse,

j'aurais souhaité formes pleines

et oublié d'être gracieuse.

 

 

Regardez donc cette grosse bête

qui ne cesse de ruminer !

Il n'est certes pas à la fête :

il va finir chez le boucher !

De plus, il est d'un autre âge :

pas de repas équilibrés !

Il se contente de pâturage

et grignote toute la journée !!

 

 

Mais si je puis me permettre :

dites au bœuf en désarroi,

qu'il est beau avec l'air champêtre,

qu'il est bon de faire le poids.

Et tous deux soyez sages !

Nature vous a modelés ainsi…

A chacun son équipage :

Vivez-en le meilleur profit.

 

 

DeniseDoderisse

 

 

 

 

 

 

 

 

Partager cet article
Repost0
10 avril 2020 5 10 /04 /avril /2020 08:00

 

Où donc est passé le tacot d'antan ?

Lui qui s'amusait à prendre son temps.

 

Le tacot d'antan, au dire des experts,

Comparé au train, a l'air très vulgaire.

 

Ses wagons vieillots et sa voie métrique,

Sa loco poussive semblent archaïques.  

 

Le " Chemin de fer de Grande Banlieue "!

On acceptait mal ce nom prétentieux.

 

Mais les usagers se réjouissaient bien

De le surnommer d'un trait sibyllin.

 

Pour eux, il musait le long du coteau

Et traçait sa route, façon escargot.

 

Il tournicotait au milieu des champs,

Vignes et prairies en se dépliant,

 

S'arrêtant souvent pour se reposer,

Car on perd son souffle quand on veut grimper.

 

Mais la lenteur même de ce limaçon

Générait l'échange des conversations.

 

Se nouaient bientôt des liens amicaux

Qu'orchestrait en chef la fichue loco. 

 

Quand s'interrompait tout le branle-bas

Des roues et wagons cessant leur polka, 

 

S'installait alors un brusque silence.

Et les passagers, avec éloquence,

 

Exprimaient leur joie, tout comme les oiseaux

Heureux de pépier, à tire-larigot.

 

Hélas ! Disparue toute flânerie.

Enfuie, sa compagne, douce bonhomie.

 

Maintenant les trains sont fort impatients !

Où donc est passé le tacot d'antan ?

 

 

Denise Doderisse

 

 

 

 

 

 

 

Partager cet article
Repost0
9 avril 2020 4 09 /04 /avril /2020 08:00

 

Telle Echo

je poursuis un rêve

éclatant Beau comme Narcisse

dédaigneux

fuyant ses semblables

vagabondant aux alentours

 

Tel Narcisse

le rêve se fige

En extase devant son reflet

Pétrifié

devant son image

flottant sur l'onde de mes yeux

 

Tel Narcisse

mon rêve se pare

de pétales blancs de safran

Une aura

au suc capiteux

qui l'enveloppe tendrement

 

Telle Echo

j'entends son adieu

Et je reste là amusée

Souriant

à cette chimère

tôt partie au diable vauvert

 

Denise Doderisse

 

 

 

 

 

Partager cet article
Repost0
7 avril 2020 2 07 /04 /avril /2020 18:55

 

Dix mots dits, dont semblable était le destin,

décidèrent de se créer un lien.

Tous jetés dans la même galère,

ils ne voulaient se contenter de chimères.

Ils prirent Calliope pour mentor,

Et là, ils n'avaient pas tort :

elle n'allait pas les escagasser

- et sans arrêt zapper -

avec baladeur et mobile hi-fi,

princes de la moderne technologie.

Comme variante du cheval de Troie,

Calliope s'affirmait de bon aloi.

Sens de l'épopée, éloquence,

dissimuleraient leur dissemblance.

Et se créerait  crescendo

un remue-méninges fort à propos.

Enfin ! Le paradis de la poésie

serait grande ouverte aux maudits !

 

Denise Doderisse

 

 

 

 

 

Partager cet article
Repost0

  • Denise Doderisse
  • Un blog qui présente certaines de mes créations ...selon l'humeur du jour et qui se réjouit d'entrer en relation ( et échange ) avec les blogs  portant le même intérêt à toutes formes d'art...
  • Un blog qui présente certaines de mes créations ...selon l'humeur du jour et qui se réjouit d'entrer en relation ( et échange ) avec les blogs portant le même intérêt à toutes formes d'art...

Recherche

Pages