Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
21 mars 2020 6 21 /03 /mars /2020 21:10

 

 

Le buis je n'aime pas

On m'obligeait à la Messe des Rameaux

d'en rapporter des branches

qui sentaient la Mort

 

Six ans : dire ses prières

pour que maman n'ait plus de chagrin

et qu'un monsieur inconnu revienne

A genoux sur le dallage froid du plein hiver

Intervention brutale de ma mère

 

Confirmation

Je me prends les pieds

dans le tapis rouge

après la claque sacrée

Dieu saura-t-il me pardonner

 

Jours précédents la Communion dite solennelle

J'essaie la robe qu'avait portée ma sœur 

Je me sens tellement heureuse

que je me mets à danser...

Horreur et sacrilège !

Oser danser avec une robe réservée à Dieu

 

Doigts écrasés par un rocher

Sacrifice offert à Dieu...

qui, ensuite, ne m'a plus parlé !

 

Denise Doderisse

 

Partager cet article
Repost0
18 mars 2020 3 18 /03 /mars /2020 22:09

 

Je ne sais plus les saisons

Depuis que tu es parti

Sans aucune rémission

 

Le printemps est déraison

Sans couleurs et plein d'ennui

Je ne sais plus les saisons

 

L'hiver est exhalaison

De tristesse et perfidie

Sans aucune rémission

 

L'automne a perdu ses tons

Il se noie dans les vert-gris

Je ne sais plus les saisons

 

Et l'été ce parangon

Me soûle de purs soucis

Sans aucune rémission

 

Le glas renvoie d'obscurs sons

Qui entraînent vers l'oubli

Je ne sais plus les saisons

Sans aucune rémission

 

 

Denise Doderisse

 

Partager cet article
Repost0
18 mars 2020 3 18 /03 /mars /2020 21:37

 

De la musique avant toute chose
Et ses notes en vrilles serrées
qui glissent sur le fil des idées
sur la pointe des cœurs trop moroses

 

Vois là les croches et double croches 
Qui escaladent blanches et noires
 Les triple croches crient leur espoir
 d'opérer une subtile approche

 

Toutes virevoltent en un ballet 
Où grâce et harmonie se marient
en intense fantasmagorie
Elles s'égrènent comme chapelets 

 

Elles raturent l'espace rayent le temps 
Endiguent le vain cheminement 
de la solitude brillamment 
Imposent leurs troublants contre-temps
 

 

De la musique avant toute chose
Alors le violent fracas des guerres
S'envolera au diable vauvert 
De la musique avant toute chose…


Denise Doderisse


 

Partager cet article
Repost0
18 mars 2020 3 18 /03 /mars /2020 21:29

 

Légère la plume va volant

à la rencontre des alizés

au-dessus d’une mer turquoise

où  l’écume des vagues serpente

le long de la barrière de corail

 

Denise Doderisse

Partager cet article
Repost0
16 mars 2020 1 16 /03 /mars /2020 21:54

 

Dès lundi

Elle savoure

L'apathie

des tutti

 

Et mardi

Se nourrit

Simili

grignotis

 

Mercredi

Elle savoure

Des oublies

confettis

 

Le jeudi

Elle se gorge

De caddies

bien remplis

 

Vendredi

Elle ingère

Inepties

applaudies

 

Samedi

Elle entonne

Malvoisie

Génépi

 

Et Dimanche

Elle boulotte

Sans répit

le frichti

 

 

La semaine

Grosse bedaine

ne craint pas d'être obèse

Le temps qui la soupèse

en est bien aise

 

Denise Doderisse

 

 

 

Partager cet article
Repost0
2 mars 2020 1 02 /03 /mars /2020 21:27

 

Un gai lutin pêcheur, né en Poméranie,

était amoureux d'une sirène épanouie.

L'envie d'apercevoir cette tendre beauté,

dans l'eau bleutée dont elle aimait tant se parer,

ne fit que croître, enfler et se développer.

Un jour d'été, le lutin met sa veste dorée,

se présente à l'huis clos de sa reine – sirène.

L'attente étant fort longue, il sortit à grand'peine

ses instruments de pêche et lança ses filets

d'un ample geste - pas celui d'un freluquet !

Or la sirène avait une seule fillette

qui plongeait, sous les eaux faisait des galipettes.
Sa mère étant sortie, elle glanait des galets,

- colliers du fond du lac…Mais soudain le filet

l'habilla ! Vivement le lutin le hissa,

le releva avec réelle maestria,

le cœur plein d'espoir de voir - c'était une aubaine -

la reine de ses nuits, sa sirène hautaine.

Il n'en vit que le délicieux fruit frétillant

Mais... point abouti… et qui navrait ses tympans.

Quand la sirène se manifesta : Horreur !

Plus d'enfant ! Elle avisa le petit pêcheur,

son filet sous le bras : " Votre sacrée gamine…"

mais il n'eut pas le temps de terminer  sa ligne

car la mère annonça sans circonlocutions :

" Sirènophile abject ! Dévoreur d'embryons ! "

l'assomma de grands coups de queue fort élégants

puis ouvrit le filet et reprit son enfant.

 

Il n'est pas très malin en ces temps non bénis

De s'occuper par trop du rejeton d'autrui.

 

 

Denise Doderisse

 

 

 

 

Partager cet article
Repost0
2 mars 2020 1 02 /03 /mars /2020 21:16

 

Je me suis égarée

au cœur d'une étoile,

nue jusques à l'âme.

 

Je me suis égarée,

toujours émerveillée

dans une virgule du ciel.

J'ai posé un doux baiser

sur la main de l'éternité,

offerte en arc-en-ciel.

 

Je me suis égarée

au cœur d'une étoile,

nue jusques à l'âme.

 

J'ai longtemps cheminé, 

sans jamais me lasser,

parmi des fleurs d'étoiles.

Vers moi se sont inclinées.

Bien longtemps les ai contemplées.

Tendre cérémonial.

 

Je me suis égarée

au cœur d'une étoile,

nue jusques à l'âme.

 

Et puis sur le sentier,

j'ai soudain rencontré

mille flammes d'esprits follets

luisant de vérité.

Ballet de farfadets légers,

joyeux comme sansonnets.

 

Alors je suis restée

là où la nuit tombée

est cendres lumineuses.

 

Denise Doderisse

 

 

      
Partager cet article
Repost0
2 mars 2020 1 02 /03 /mars /2020 20:47

Chiffonnées parfois,

Images inversées, 

Nouant le parcours d’hommes et de femmes

Électrisés par leur destin. 

Ma vie, le temps d’une séance,

Abstraite du pesant réel.

 

Denise Doderisse

Partager cet article
Repost0
22 février 2020 6 22 /02 /février /2020 19:07

 

 

Une rose épanouie

dentelle une lisière

sur l'azur vibrant du ciel

et isole la terre noirâtre

prodigue en souffrances

 

*************************

 

Le bonheur

ne s'écrit pas

ne se murmure pas

Il s'écrira en longs sanglots

se dira à pleine voix

quand il aura fui

là-bas

 

**************************

 

Éclats de soleil couchant

amarrés à la terre par

de longues chaînes

soumises

au zéphyr du soir

 

***************************

 

Un jour peut-être

tu reviendras

par un clair matin d'automne

Alors

d'un joyeux rire

je soufflerai la

poussière

de l'été trop long

sans toi

 

Denise Doderisse

Partager cet article
Repost0
22 février 2020 6 22 /02 /février /2020 18:47

 

 

Légère la plume va volant

à la rencontre des alizés

au-dessus d’une mer turquoise

où  l’écume des vagues serpente

le long de la barrière de corail.

 

Denise Doderisse

Partager cet article
Repost0

  • Denise Doderisse
  • Un blog qui présente certaines de mes créations ...selon l'humeur du jour et qui se réjouit d'entrer en relation ( et échange ) avec les blogs  portant le même intérêt à toutes formes d'art...
  • Un blog qui présente certaines de mes créations ...selon l'humeur du jour et qui se réjouit d'entrer en relation ( et échange ) avec les blogs portant le même intérêt à toutes formes d'art...

Recherche

Pages