Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
18 mai 2013 6 18 /05 /mai /2013 11:16

 

Faute de temps.

 

L'Hôtel de l'Arrimeur affichait complet en ce week-end de l'Ascension. Ses fenêtres ouvraient sur le Bassin d'Arcachon qui vibrait de voiliers, de bateaux à moteur de pêche ou de plaisance, de pinasses soigneusement entretenues et de barges à fond plat qui glissaient sur les hauts fonds parmi les parcs à huîtres…

 

Ce monde en mouvement ne semblait guère intéresser la jeune femme du 105. Nulle contemplation ne suspendit ses occupations : elle lava sa paire de collants, ôta la tache qui médaillait de façon grotesque son chemisier vert-pomme, remplaça un bouton qui s'était évadé d'un pantalon, peut-être injustement serré… Elle s'épila quelques sourcils sortis du rang, arracha un poil follet qui avait pris la liberté de pousser sur un grain de beauté, là, entre les deux yeux… Quand la sonnerie du téléphone retentit, elle était assise sur le balcon et achevait de décorer ses orteils en les peignant de noir…

La sonnerie de son téléphone portable lui chatouilla agréablement les oreilles. Elle le saisit dans un geste amoureux…

  • Allô ? dit-elle en étendant les jambes et en agitant les orteils… Le vernis noir d'encre… une couleur extra…bien posé… aucune bavure… presque sec… Sa vie allait se concentrer dans cet engin impersonnel, ce qui la comblait.
  • Allô, Doudou ?

La jeune femme fit une grimace de dépit : elle aurait quand même préféré un autre correspondant, et ce surnom qu'elle exécrait ! Elle recula légèrement l'appareil de son oreille.

  • Ouiiiièèè…
  • Pourquoi n'as-tu pas téléphoné hier soir ? J'étais morte d'inquiétude ! Tout ce trajet…
  • J'ai essayé plusieurs fois mais c'était le répondeur…
  • Tu aurais pu laisser un message…Dis-moi, tout va bien ?
  • Mais oui ! TRÈS bien ! Il fait une chaleur épouvantable !
  • Jacques ne supporte pas vraiment la chaleur que je sache ?
  • Nnnon… Mais nous venons d'arriver ! Il n'a pas encore eu de réaction… marmonna Dominique en agitant le pied vigoureusement. Décidément, ce vernis était long à sécher…
  • Vous êtes arrivés quand ?
  • Hier soir…tard dans la soirée et…
  • C'est toi qui conduisais ? Tu n'es pas trop fatiguée ?
  • C'est Jacques qui conduisait !
  • Comment ! Tu l'as laissé conduire ! C'est incroyable !
  • Oui, c'est LUI qui conduisait, très bien d'ailleurs, sans aucune nervosité…rétorqua Dominique, tout en vérifiant du bout d'un ongle que son vernis avait acquis toute sa dureté…
  • Est-ce qu'il a encore essayé d'aller plus vite que les arbres ou que la route ou je ne sais trop quoi ?
  • Je t'ai dit qu'il avait bien conduit !Il n'a pas dépassé le 130 – nous avons pris l'autoroute – Il est resté sur la file de droite, n'a pas systématiquement cherché à doubler…
  • Curieux ! Il n'a manifesté aucun signe concernant son obsession ?
  • Bof… Il évitait simplement de trop fixer le marquage au sol ! Les minutes qui filent …
  • Donc, ce n'est pas terminé ! Et à l'hôtel, comment s'est-il comporté ?
  • Eh bien…A peine arrivés dans la chambre, il s'est mis à tourner en rond, en répétant JE SUIS CHRONO CHRONOMETRE ROI DE LA CHRONOMETRIE JE SUIS CHRONO JE MESURE LE TEMPS JUSQU'À L'HEURE FATALE ! FATUM ! et il faisait tourner son bras de plus en plus vite. C'était d'un drôle, railla Dominique.
  • Je ne partage pas ton avis ! Te souviens-tu des poésies qu'il a écrites, notamment sur le temps ?
  • Pas exactement ! A dire vrai, sa poésie me semble très hermétique !
  • Fais un effort pour le comprendre…Discute avec lui…
  • Excuse-moi une seconde, s'empressa de dire Dominique, tout en prenant une cigarette qu'elle alluma. Elle en tira une bouffée complaisante et se cala dans son fauteuil…Oui? exhala-t-elle dans un nuage de fumée bleutée.
  • Voilà… Je voulais te dire… On en a parlé au psy : ses achats de pendules, d'horloges, de réveils, ses "courses contre la montre", son désir effréné d'être cosmonaute…
  • Je n'ai pas saisi pourquoi d'ailleurs !
  • Aller plus vite que le temps…
  • Passons. Qu'en a pensé le docteur ?
  • Je n'ai pas saisi tous les termes qu'il employait mais il souhaitait vivement le rencontrer…
  • Ça n'a pas servi à grand-chose jusqu'ici et il me semble plutôt calme...
  • On ne peut pas savoir ! Vous devriez rentrer…
  • Hors de question ! Il y a bien longtemps qu'on n'avait pris quelques jours tranquilles, sans les enfants !
  • Et votre chambre ?
  • Impeccable ! Exactement ce dont je rêvais, avec vue sur le Bassin d'Arcachon et ses couchers de soleil… L'ennui, c'est que…
  • Jacques ?
  • Oui…Les couchers de soleil l'impressionnent terriblement !
  • Quand je dis que vous feriez mieux de revenir !
  • Laisse-nous un peu de temps ! D'ailleurs, je ferais mieux de raccrocher, il va arriver d'un instant à l'autre…
  • Où est-il donc ?
  • Sur la plage.
  • Sur la plage ? Mais tu es folle de le laisser ainsi tout seul !
  • Bvou…Il n'est quand même pas si atteint ! Et j'ai horreur d'aller sur la plage avec lui – Il est ridicule avec ses chaussettes!
  • C'est nouveau ! Pourquoi garde-t-il ses chaussettes ?
  • Oh… J'en sais rien. Je crois que c'est encore une histoire de temps !
  • De vent ?
  • Non, de temps avec un T comme Thomas !
  • Et tu ne trouves pas ça pour le moins bizarre ?
  • On ne va pas recommencer ! Je te répète qu'il est calme ! Je ferais mieux de raccrocher maintenant… soupira la jeune femme
  • Appelle-moi si il y a un quelconque changement dans son …
  • D'accord ! Je t'embrasse et… ne t'inquiète pas.  

Dominique posa tendrement son téléphone, puis écrasa sa cigarette. Elle se retourna vers la fenêtre, sentant une présence.

 

Jacques regardait fixement les éclats sanglants du soleil couchant, le canon d'un fusil sur la gorge…Le soleil explosa …

 

      Denise Doderisse

     Nouvelle ayant obtenu le 3ème prix au concours littéraire 2013 de Arts et lettres de France

site : www.artsetlettresdefrance.fr )

 

Partager cet article

Repost 0

commentaires

karine 22/05/2013 20:20


Bonsoir,


Votre blog est très bien écrit.


C'est magnique, on voyage en lisant vos poèmes .....


Karine

Denise Doderisse 23/05/2013 13:24



Bonjour, Karine,


Merci de m'avoir lu et pour avoir exprimé votre ressenti si joliment.


Denise



Martine 19/05/2013 20:44


Bonsoir Denise,


Je viens de dévorer ta nouvelle! C'est excellent! Tu nous amènes doucement, insensiblement à un dénouement brutal dans un coucher de soleil sanglant! J'ai adoré!


Mes félicitations! Je suis très contente pour toi


Gros bisous!!!!!!!!!!


Martine

Denise Doderisse 21/05/2013 22:35



Bonsoir, Martine,


Encore une réponse que je dois répéter...La 1ère n'est pas partie


Je suis moi aussi très contente que tu aies apprécié : ton avis m'importe beaucoup et ce com' m'a vraiment fait plaisir.


Bonne nuit et gros bisous de Denise


 


 



Malika 19/05/2013 13:27


Bon dimanche.

Denise Doderisse 21/05/2013 15:09



Merci de ta visite, Malika.



Mumu 18/05/2013 23:26


Je viens de lire "faute de temps"... C'est EXTRAORDINAIRE !!! Dès les premiers mots j'avais l'impression d'être dans la chambre d'hôtel, je voyais tout, je sentais toutes les odeurs, le ton de la
conversation entre la mère et la fille avait une résonnance pour moi et le final est tellement sobre dans l'horreur de la scène !!! BRAVO ! BRAVO ! BRAVO !

Denise Doderisse 21/05/2013 15:09



Eh bien, Mumu, te voilà bien prolixe ( je ne m'en plains pas, au contraire. Je suis heureuse que tu aies apprécié voire aimé ce texte.


Affectueusement


Ny 



flipperine 18/05/2013 16:04


on ne s'attendait pas à cette fin cet homme était donc malade 

Denise Doderisse 21/05/2013 15:06



C'est l'inattendu qui est un des paramètres - paraît-il - de la valeur d'une nouvelle...



Présentation

  • : www.lesrosesdelavie.com
  • www.lesrosesdelavie.com
  • : le blog de Denise Doderisse Mes créations (enfin la plupart ) en toute liberté...et selon l'humeur du jour !
  • Contact

Recherche

Archives

Pages